Zidane : « Si l’Algérie m’appelle, je suis prêt à venir à la nage »




C’est toujours avec un grand plaisir que Zinédine Zidane nous reçoit dans sa superbe villa madrilène. Signe de notre intimité, celui qui m’appelle affectueusement « khouya » m’a invité à boire un thé, que Véronique nous a préparé avec quelques makrout et autres pâtisseries au miel et aux calories.

Après quelques parties de FIFA17 contre son fils Enzo et quelques défaites humiliantes (j’étais plus habitué à ISS Pro Evolution sur PS2), nous nous sommes installés avec Zidane père dans son bureau personnel, là où chaque semaine il peaufine sa tactique pour la prochaine journée de Liga. Entretien vérité avec l’entraîneur du champion d’Europe en titre.

Zizou, comment vas-tu ?
Bieng, très bieng même.

Le Real a tenu en échec le Barça hier soir. Tu es invaincu dans un Clasico !
C’est vrai, il faut féliciter l’équipe. On a toujours 6 points d’avance … c’est bieng, c’est beau.

Un peu plus tôt cette semaine, tu as lancé ton fils Enzo et pour son premier match en pro il a marqué un but !
C’est bieng le fils de son père ! T’as vu la technique … la frappe croisée … c’est moi qui lui ai tout appris !

Il y a bientôt 3 ans tous nous confiais qu’il avait déjà fait son choix concernant sa future sélection nationale, a-t-il changé d’avis ?
Toujours pareil … dans sa tête c’est clair, c’est l’Algérie. Et j’espère qu’il continuera à être performant pour un jour réaliser le rêve de son père, jouer pour les Fennecs. Et ça c’est beau. En tout cas je peux vous dire, lui il fera pas pleurer son grand-père !

Tes fils ont l’air très attachés à l’Algérie en tout cas, en passant on a vu Luca avec le maillot de Chaouchi …
Ouais … Chaouchi … c’est un peu son idole. Le match au Soudan … il m’a rendu fou avec ça. Le mois qui a suivi il arrêtait pas de se balader avec un marcel blanc trop large … on était au mois de décembre.

Et Zizou coach de l’Algérie, c’est possible ?
Hahaha … je savais que t’allais me poser la question ! Pour l’instant je suis au Real, je suis bieng, après … c’est l’Algérie … ça passe avant tout. Si la fédération m’appelle … je crois que je suis prêt à venir à la nage ! T’imagines … Zinédine sur le banc … Enzo en 10 … Luca dans les cages … Smaïl qui nous encourage dans la tribune … putain ça serait beau.

Tu parles bien entendu de Smaïl, ton papa.
Non je parle de Smaïl Bouabdellah. Le plus grand supporter de l’Algérie, la dernière fois il m’a interviewé après le match à Lisbonne, hors caméra il me parlait de Slimani, Brahimi et compagnie … un vrai passionné.

Tu as été retenu dans la liste de 3 meilleurs entraîneurs de l’année par la FIFA.
J’ai vu ça ouais … bah écoute c’est bieng, ça fait plaisir. Après j’ai encore beaucoup à apprendre.

Certains détracteurs t’accusent d’avoir plus de chance que d’être un vrai technicien. Sérieusement, c’est quoi la méthode Zidane ?
La chance faut la provoquer, ça vient pas comme ça … Moi j’ai pas vraiment de méthode, on essaye de jouer bieng, après quand ça va pas je m’en remets à Dieu. Ça m’arrive de faire des du3as et réciter la Fatiha pendant les match, comme hier. On a égalisé à la fin, voilà, c’est comme ça. Y a pas de secret.

Zizou, merci beaucoup.
Merci à toi, la prochaine fois qu’on se revoit ça sera à Blida (rires).




Joueur(s) :

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée sur le site.