Karim Ziani : « C’est en Roumanie que je me sens le plus algérien »




Nous nous sommes rendus en Roumanie à la recherche du Petit Prince des Verts : Karim Ziani. L’ancien meneur de jeu des Verts s’est engagé avec l’équipe locale de Petrolul Ploiești, lanterne rouge du championnat. Il a accepté de nous ouvrir les portes de sa caravane pour un entretien exclusif.

Karim, c’est un plaisir de te revoir. Comment vas-tu ?
Ça va tranquille Hamdoullah, ça me fait plaisir aussi de revoir un journaliste algérien pour la première fois depuis 6 ans.

C’est vrai que l’on a quelque peu perdu ta trace ces derniers temps. Te voilà aujourd’hui en Roumanie, que fais-tu ici ?
J’avais résilié mon contrat avec Al-Fujaïrah l’année dernière. Le seul club qui voulait de moi, c’était Aubervilliers. Je me suis dit ça craint quand même, alors quand j’ai reçu l’offre de Petrolul, j’ai pas hésité une seule seconde.

Le club est dernier du championnat, et a la mauvaise réputation de ne pas payer certains salaires, tu en es bien conscient ?
Oui, tout à fait. Mais si je suis ici, c’est pour le challenge sportif avant tout. L’argent ça ne m’a jamais intéressé.

Il y a quelques algériens passés par la Roumanie, pour ta part, tu n’es pas trop dépaysé ?
À vrai dire, pas du tout. Je me sens comme chez moi ici. Et quand je dis « chez moi », je parle bien entendu de l’Algérie. Une ancienne dictature communiste, des Dacia Logan de partout, des jeunes qui te rackettent à la sortie des parkings … y a pas à dire, c’est vraiment ici que je me sens le plus algérien !

Lorient, Sochaux, Marseille, Woflsburg … puis la Turquie, le Golfe, et enfin la Roumanie. Quand tu regardes dans le rétro, y aurait-il des choses que tu aurais changé dans ta carrière ?
Non. J’assume tous mes choix. Je ne regrette rien, à part peut-être la teinture blonde durant la Coupe du Monde 2010. C’était un pari perdu avec Hassan Yebda.

Nous avions interviewé Edin Dzeko il y a 2 ans. Es-tu toujours en contact avec lui ?
On se parlait de temps en temps sur Viber, mais j’ai supprimé l’appli depuis que mes cousins au bled me harcelaient pour que je leur envoie un maillot de l’OM.

Pour finir, après le Ballon d’Or algérien et le Msiladz d’or, quel est ton objectif pour cette année ?
Le titre de meilleur joueur algérien – Le Compétiteur bien sûr ! Mais la concurrence risque d’être rude avec Hocine Achiou, qui reprend du service cette saison.




Joueur(s) :

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée sur le site.