La France appelle des policiers algériens en renfort pour l’Euro




Avant toute chose, nous tenons à nous excuser pour cette absence de quelques jours, nous venons tout juste de retrouver nos journalistes dans un état semi-comateux depuis le début du Ramadan.

Suite aux violences occasionnées par des supporters étrangers durant l’Euro, notamment les affrontements entre russes et anglais à Marseille, et dans une moindre mesure des incidents à Nice, Lyon ou Lille, le gouvernement français a décidé d’adapter une réponse ferme face à ces actes intolérables.

Alors qu’il reste encore 3 semaines de compétition, et malgré le renfort de ses homologues européens, la police française est totalement dépassée par les évènements. Afin de réduire le nombre de disputes liées à une surconsommation d’alcool, le ministre de l’Intérieur a décidé d’appliquer la charia en interdisant la vente de boissons alcoolisées. Mais cela n’a pas suffi à calmer les supporters les plus violents, notamment les hooligans russes.

Le ministère des affaires étrangères a alors, en désespoir de cause, décidé de s’adresser à l’Algérie afin de mettre fin au problème. Spécialiste dans la gestion des foules et dans l’utilisation de la matraque, notre pays est un leader en terme de sécurité. Le chef de la police, M. l’inspecteur Tahar, a accepté d’envoyer une centaine de ses hommes en France afin d’endiguer la situation : « Nous proposons que le savoir-faire, qui est reconnu dans le monde entier, de nos forces de sécurité permette de régler des situations sécuritaires de ce type. C’est la raison pour laquelle nous proposons effectivement aux deux pays de permettre dans le cadre de nos coopérations d’agir en ce sens » a déclaré le premier flic d’Algérie.

Comment les policiers algériens vont-ils agir face aux russes ? « C’est très simple » nous explique-t-il. « Nos policiers sont équipés d’un masque spécial, que nous ont fourni nos collègues portugais, grâce à celui-ci, je peux vous assurer, vous n’entendrez plus parler des russes après le premier tour ! (rires) ».




Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée sur le site.