Zidane trop lent pour … entraîner l’Équipe Nationale ?




On connaît tous l’histoire, désormais passée à la postérité. En 1992, le jeune Zinédine Zidane, qui vient de s’engager avec Bordeaux, est testé par l’Équipe Nationale. Le regretté Abdelhamid Kermali, le sélectionneur de l’époque, trouve que le marseillais possède des qualités, mais le juge « trop lent ». Malgré un match amical disputé avec l’équipe olympique, il ne sera pas retenu. La suite, on la connaît.

Ce qu’on ignore toutefois, c’est que l’histoire bégaiera 22 ans plus tard. Replaçons-nous dans le contexte : l’Algérie, après une formidable Coupe du Monde, voit partir son sélectionneur, Coach Vahid. Du côté du Real, qui vient de remporter la Décima (sa 10ème Ligue des Champions), Zidane, jusqu’alors adjoint de Carlo Ancelotti, souhaite prendre plus d’envergure et devenir entraîneur en chef. Mais Zidane hésite. On l’annonce du côté de son ancien club, les Girondins de Bordeaux.

Mais secrètement, la FAF a noué des contacts avec l’ancien 10 de l’Équipe de France. Un contrat de 3 ans, jusqu’à la CAN 2017 lui a été proposé. Mais à force de réflexion, Zidane perd trop de temps. Raouraoua commence à s’impatienter, et face à la lenteur de la réponse de Zizou, se rabattra sur Christian Gourcuff, sur conseil de généraux français qui souhaitaient alors placer leurs pions à des postes stratégiques de l’État algérien.

Dommage.




Joueur(s) : ,

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée sur le site.