Rajevac répond à Feghouli : « Je communiquais avec les joueurs en arabe mais ils ne comprenaient pas »




Le flou demeure toujours quelques jours après la démission de Milovan Rajevac à la tête de la sélection algérienne, et nous ne savons toujours pas les raisons qui ont poussé le serbe à claquer la porte suite au match nul contre le Cameroun. Certains évoquent une altercations avec les joueurs, quand d’autres remettent en cause le style de management du Rajevac. Les intéressés se répondent par médias interposés, en témoigne cette interview de Sofiane Feghouli à SoFoot, où il affirme que « Rajevac ne connaissait pas le nom des joueurs » et que ses consignes « n’étaient pas claires ».

Nous avons voulu contacter Milovan Rajevac afin d’en savoir plus. S’il s’est fait plutôt discret depuis son départ, il a accepté de livrer sa version. Pour lui, le problème viendrait … des immigrés ! En effet, ces derniers, accusés par la presse d’avoir mené la fronde, seraient en réalité les coupables d’après Rajevac !

Il s’explique ainsi : « On m’accuse de ne pas savoir parler français ou anglais … mais moi lorsque le président Raouraoua m’a contacté, je suis allé sur Wikipédia et j’ai lu que la langue parlée en Algérie, c’est l’arabe ! Donc j’ai pris des cours express avec un professeur pour apprendre cette langue en quelques semaines afin d’être prêt lors de ma prise de fonction. Dès les premiers entraînements, j’ai compris que quelque chose n’allait pas : je donnais des consignes mais les joueurs faisaient tout le contraire, sauf les joueurs locaux. En réalité, je communiquais avec les joueurs en arabe, mais les immigrés qui ne parlent que le français ne comprenaient pas ! ».

Une situation ubuesque pour celui qui a qualifié le Ghana en 1/4 de finale de Coupe du Monde : « Autant contre le Lesotho ça pouvait aller, miskine ils arrivaient même pas à toucher le ballon, mais contre le Cameroun, c’était n’importe quoi. Après le match j’ai dit aux joueurs que je ne pouvais plus continuer ainsi« .

Quel avenir pour Rajevac désormais ? « Je pense partir entraîner dans un pays qui parle arabe, comme au Maroc ou en Tunisie par exemple » nous a-t-il confié.




Joueur(s) : ,

1 commentaire

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée sur le site.