Nabil Fekir : « J’ai conseillé à Houssem de ne pas aller jouer avec les blédards »




C’est la nouvelle sensation du Championnat de France : Houssem Aouar, pur produit de la formation lyonnaise issu de la région, et qui possède également la particularité de détenir la double nationalité franco-algérienne, comme d’autres grands noms issus de « l’académie des Gones » avant lui : Karim Benzema, Nabil Fekir, Rachid Ghezzal, Yacine Benzia ou bien encore Yanis Tafer pour ne citer qu’eux.

À 19 ans seulement, Aouar n’en finit plus de franchir des paliers à une vitesse folle. Remplaçant en début de saison, il a profité des indisponibilités à son poste pour pointer le bout de son nez en équipe première et ainsi faire l’étalage de tout son talent, à tel point que le coach rhodanien Bruno Génésio en a depuis fait un titulaire indéboulonnable.

Évidemment, ses performances ne sont pas passées inaperçues, et si le sélectionneur de l’Équipe de France Espoirs l’a déjà convoqué au mois de novembre, Houssem Aouar ne semble pas avoir fait de choix définitif et reste ouvert aux deux sélections A. La fédération algérienne lui fait les yeux doux, mais refuse de faire des courbettes comme elle a pu le faire avec certains joueurs sous la présidence Raouraoua. La fédération française quant à elle n’entend pas lâcher sa pépite.

Bien heureusement, Aouar est bien entouré, et peut compter sur le soutien de celui qui s’est imposé comme son mentor à l’OL, Nabil Fekir. Lui aussi est passé par là il y a un peu plus de deux ans. Ce dernier ne tarit pas d’éloge quant à son petit protégé, et ne se montre pas avare en bons conseils : « Houssem est meilleur que moi au même âge, et encore je n’étais pas maladroit avec mes pieds, c’est dire (rires) ! Il peut devenir une référence à son poste d’ici quelques années, mais pour cela, il faut qu’il prenne les bonnes décisions ». Lesquelles ? « Je lui ai dit que s’il voulait briller, il devait laisser tomber l’idée d’aller jouer avec les blédards, et de choisir l’équipe de France, qui est sa véritable patrie ».

Il ajoute : « Lorsque j’ai eu une rupture des ligaments croisés, j’ai été suivi par des spécialistes de la FFF, qui m’ont aidé à me rétablir au plus vite. Si j’avais connu la même chose avec l’Algérie … laisse tomber frère, j’ose même pas imaginer. Ils m’auraient mis de l’huile d’olive avec du citron sur le genou et m’auraient laissé me démerder tout seul. Je ne veux pas qu’il arrive la même chose à Houssem ». Le message semble être passé.




Joueur(s) : ,,,,

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée sur le site.