Coupe du monde : vers une candidature Maroc-Algérie 2026 ?




Alors que la Coupe du Monde 2018 en Russie approche à grands pas, il est d’ores et déjà temps de préparer les prochaines échéances. Si l’édition 2022 est prévue de longue date au Qatar, l’attribution pour le Mondial 2026 aura lieu en juin prochain. Si le trio USA-Canada-Mexique fait figure d’immense favori, l’autre candidat, en l’occurrence le Maroc, entend jouer crânement sa chance.

En effet, la candidature marocaine a pris un coup de boost aujourd’hui, puisque le comité d’organisation a présenté aujourd’hui les grands contours de ce projet. C’est la cinquième fois que le Royaume tente d’obtenir l’organisation du plus grand évènement sportif mondial, et se sent désormais plus prêt que jamais. L’équipe nationale retrouve son niveau, les infrastructures sont au top, le soutien populaire également.

Cependant, ce petit pays d’Afrique du Nord ne pèsera pas bien lourd face au géant nord-américain, d’autant plus que le continent n’a pas accueilli la Coupe du Monde depuis 1994 (contre 2010 pour l’Afrique).

Et ça, les dirigeants marocains en sont bien conscients.

C’est pourquoi il se murmure qu’un plan secret est en train d’être mis en place entre le Maroc et l’Algérie : une candidature conjointe entre pays frères du Maghreb pour contrer l’axe américano-sioniste.

L’Algérie serait ainsi un soutien de poids pour son voisin, et viendrait apporter son expertise et son expérience dans l’organisation de grands évènements sportifs internationaux (tel que le Championnat du monde de Handball U21). De plus, en terme d’infrastructures, les chantiers des stades d’Alger, Oran et Tizi Ouzou, débutés au début des années 2010, devraient être livrés pile poil pour le début du Mondial.

Les dirigeants algériens voient d’un bon oeil cette invitation du Maroc, d’autant plus qu’elle permettrait à l’Algérie d’être qualifiée directement en tant que pays hôte, ce qui en l’état actuel des choses, semble être sa seule solution pour espérer participer de nouveau à une Coupe du Monde.

Seule ombre au tableau, la frontière terrestre toujours fermée entre les deux pays, limitant ainsi les déplacements des supporters. Une solution est actuellement à l’étude, consistant à réquisitionner les zodiacs de harraga afin d’assurer un système de navettes maritimes entre les différentes villes hôtes, ce qui aura également pour avantages de ne pas construire davantage de routes, et ainsi faire des économies de plusieurs milliards de dollars.




Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée sur le site.